mercredi 1 novembre 2017

Astuces de correction des copies

Rhâ, encore la correction des copies ! Il faut dire que ce sont les vacances... Vous savez ce que c'est : on les entasse, on les regarde, on espère qu'elles se corrigent toutes seules mais non. Alors on s'y met, café, chocolat, quelques lignes et puis le nez en l'air... On se lève pour un autre café, pour un bisou de nos enfants qui, bizarrement, nous manquent beaucoup à cet instant précis. Bref, c'est lent, c'est long.
En plus il faut écrire des commentaires dans la copie, on se répète, c'est pfffff.....

Du coup j'ai quelques astuces (warning : c'est pas super innovant, vos faites sûrement pareil depuis trois siècles) :

1) Je fais ma correction avant de donner le contrôle. 

Parfois je fais même un tableau, comme ça par exemple




(vos avez vu, ma correction me fait souvent grille d'évaluation en même temps.)
Avant d'imprimer je corrige quelques copies car il faut parfois adapter un peu... soit parce que mes consignes n'ont pas été claires (mes premières S en ont fait les frais avant les vacances...) soit pour éviter les grosses catastrophes.

Voilà, du coup je m'épargne les répétitions (et une correction fastidieuse en classe où je ne reprends que les grandes lignes)

2) Je rythme ma correction avec un super chronomètre de compétition


http://www.minuteur-en-ligne.fr/minuteurs-pomodoro

Je corrige une copie, je vois combien de temps je mets, et j'entre dans le minuteur Pomodoro une série de x copies. Par exemple pour une copie que je corrige en 10 minutes, je mets 10+10+10+10+10+5 , soit 5 copies et la pause.

Petit plus : la tablette de chocolat pas loin, pour la pause

Voilà, je pose ça là, au cas où ça serve à quelqu'un.

mardi 12 septembre 2017

Une démarche pour apprendre à apprendre

Je publie ici le descriptif de la séance évoquée sur Twitter lundi 11 septembre 2017, et qui a suscité quelques réactions, interrogations et demandes de précisions. Merci aux collègues pour leurs encouragements (et de me pousser à partager, blog-feignasse que je suis !!!).

C’est mon cher collègue Olivier Quinet qui m’a donné l’idée : s’appuyer sur quelques connaissances à propos du fonctionnement du cerveau pour expliquer aux élèves comment on organise les cours (dans son cas) et comment on peut faciliter l’apprentissage (dans le mien).
J’ai donc repris une partie de sa fiche, que j’ai complétée, la voici. 




Cette fiche est aussi au format publisher (je sais, c'est le Maaaaaaal).
Pour chaque affirmation, j’ai créé des activités (elles sont sûrement améliorables, je prends vos idées !). La fiche est ici au format odt (pour compenser)

1er exercice : à propos de l’affirmation « Le cerveau peut facilement retenir 5 à 7 informations »

Par deux : A se présente à B en donnant plein de détails (pour lui rendre la mémorisation difficile, hé hé !). Ne pas prendre de notes.
B essaie de retrouver le maximum d’éléments de la présentation

2ème exercice : à propos de l’affirmation « le cerveau retient plus facilement les images que les mots »

Première partie

J’ai distribué des listes de 17 mots, une liste différente par élève. Pourquoi 17 ? Parce que pour faire mes listes de mots et d’images j’ai utilisé une feuille mise en ligne par une collègue de primaire (http://laclassedelaurene.blogspot.fr/) qui contient à peu près 290 images, et que j’ai 17 élèves par groupe. Une bête histoire de division avec reste !
Pour en revenir à l’activité, chaque élève devait apprendre le maximum de mots (une minute trente). Je demande ensuite combien de mots ont été retenus, un petit concours s’organise quoi qu’on fasse. Je fais ensuite exprimer à chacun sa méthode : comment avez-vous fait pour apprendre ? pour vous souvenir ? de cette façon, les élèves partagent leurs stratégies.

Deuxième partie :

Cette fois, je distribue des petits paquets de 17 images (pourquoi 17 ? voir plus haut 😉), ils ont toujours 1mn30 pour en apprendre le maximum, faire leur petit concours, je les teste un peu en leur faisant réciter, juste pour l’ambiance et la fierté de montrer qu’on sait, ou que celui qui croit savoir peut se planter aussi (tout ça dans la bienveillance, bien sûr. Celui qui se moque… bon, ça va, personne ne s’est moqué).
La surprise de cette activité, ça a été leur utilisation des images. Ils les ont très vite manipulées, les empilant, les étalant, modifiant leur disposition en fonction de leur stratégie d’apprentissage. Celui qui se raconte des histoire les classe en « début de l’histoire »  « milieu de l’histoire » « fin de l’histoire ». Celle qui fait des catégories… fait des catégories. Les deux qui utilisaient la musicalité, une sorte de rythme, ont eu du mal avec les images, ça marchait moins bien pour eux. En tout cas, cela a permis de mettre en lumière, ou en schéma plutôt, d’expliciter davantage leur stratégie en tout cas.










D’ailleurs je vous raconte aussi cet exercice réalisé le matin dans d’autres conditions, même s’il a été plutôt un échec. Même exercice mais 10 images affichées au tableau. Ben oui, j’avais oublié mon matériel, les listes de mots et les paquets d’images. Pas bien organisée la nana… Bref, ils ont eu beaucoup plus de mal à apprendre avec les images au tableau qu’avec les mots écrits par leurs voisins. Ils se maquaient une ligne, plissaient les yeux… Ils m’ont ensuite expliqué que la multiplicité des images était une gêne pour apprendre.

Troisième partie : se faire aider de son camarade pour apprendre ses 20 mots.

Celle-là, je n’ai pas eu le temps de la faire… la fois prochaine ! Mais du coup, je ne raconte pas. Je mets seulement la démarche.
Chronométrer le temps pour apprendre les 20 mots.
A reprend sa liste de 20 mots. Il la relit, essaye de réciter à B. Lorsqu’il n’y arrive pas, B donne des indices pour faire deviner le mot.
Inverser.
Comment avez-vous fait pour mémoriser les mots ?

3ème exercice : à propos de l’affirmation : « le cerveau sature vite »

Cet exercice doit être fait à la fin de la séance. Ce que je fis.
Apprendre une autre liste de 20 mots (ou 17, hein, ne faisons pas la fine bouche) en 1mn 30, faire le bilan. La plupart en ont appris moins, c’était plus difficile, ils se déconcentrent rapidement, bavardent, regardent ailleurs… On souligne ces éléments et on en déduit… qu’il ne faut pas trop en demander au cerveau d’un seul coup !
Le reste des activités, je ne l’ai pas encore réalisé en classe. Je laisse la démarche ici, vous en ferez bon usage et surtout, n’hésitez pas à me proposer des améliorations ! J’ai pris le temps d’écrire ce billet un peu pour ça aussi : je ne suis pas très sûre de faire bien et j’aimerais bien faire mieux !

4ème exercice : à propos de l’affirmation : « le cerveau, ce qu’il ne comprend pas, il ne peut pas l’apprendre »

Distribuer une liste de 10 mots en anglais non basique (ou en allemand). Ou peut-être des poèmes d’Henri Michaux ?
A et B doivent apprendre leurs 10 mots.
Combien en retenez-vous ?

5ème exercice : à propos de l’affirmation : « le cerveau doit être actif pour apprendre »

Prendre une page de cours. Il faut l’apprendre. Comment faire ? Chacun propose sa méthode et l’essaye, puis restitue ce qu’il/elle a retenu
-          Par cœur ? essayer – bilan.
-          Comprendre ? essayer – bilan
-          Poser des questions ? essayer – bilan
-          Se raconter ? essayer – bilan


6ème exercice : à propos de l’affirmation : « le cerveau apprend mieux s’il est surpris, s’il essaye de savoir à l’avance »

Pendant une séance d’AP, essayer de restituer ce qu’on a retenu du dernier cours d’HG (ou autre)
Pour la prochaine séance, s’engager à être actif du cerveau dans le cours d’HG (ou autre) précédent la séance d’AP : essayer de comprendre, de deviner la suite, de répondre aux questions, de se poser des questions…
Séance d’AP : bilan de ce qu’on a retenu (par écrit puis oral) et pourquoi / comment on l’a retenu.

7ème exercice : à propos de l’affirmation : « le cerveau oublie vite »

Que vous rappelez-vous de … (mots de la séance 1 ? cours précédent ? )

Faire suivre avec l’apprentissage des cartes mentales.









jeudi 9 mars 2017

Correction audio de copies papier

Inspirée par François Jourde, puis par @Aurelie_Gascon sur Twitter, je me suis lancée dans les corrections audio.
J'ai un problème avec les corrections : c'est long, j'écris beaucoup, mal, je suis difficile à relire malgré mes efforts et comme j'ai pas mal d'élèves dyslexiques...
J'ai tenté l'an dernier la correction en pdf. Ça répondait à mon problème d'écriture, j'ai créé des tampons et ça, c'est bien. Mais il faut scanner les copies et ensuite, beaucoup d'élèves m'ont demandé de les leur imprimer. ça prend du temps ! François suggérait de les faire écrire sur des feuilles simples et d'un seul côté pour pouvoir automatiser mais du coup, ça consomme beaucoup de papier. Mais ça aurait pu me plaire... sauf quand tous mes tampons (posés sur les copies) ont disparu, les commentaires déplacés ailleurs sur la copie... Tout à refaire. J'ai renoncé.
Cette fois, c'est Aurélie qui m'a donné un élément de solution : la correction audio.
C'est agréable, pour tout vous dire j'ai corrigé dans mon lit (pour être au calme). J'ai lu d'abord la copie, en ajoutant des numéros dans la marge comme des repères. J'ai coché les cases de la grille d'évaluation. Ensuite j'ai enregistré sur mon téléphone un fichier audio (un par élève), sur lequel je rappelle le sujet, je parle à l'élève en l'appelant par son prénom, et je donne les aspects positifs et les aspects améliorables de la copie en me référant aux numéros dans la marge. Ce fichier, je le nomme avec le nom de l'élève, je l'exporte sur mon drive.
Le travail n'est pas fini... Il faut maintenant que l'élève puisse avoir accès facilement à ce fichier audio (et pas ceux des autres). Là, il faut avouer que ça m'a pris un peu de temps pour cette  première fois.

Dans un tableau, j'ai noté le nom de chaque élève (je copie-colle depuis une liste numérique, hein !). J'ai créé un lien court personnalisé pour chaque fichier mp3 sur https://huit.re/ en notant dans le lien le nom de l'élève (et l'ai ajouté dans le tableau). En passant, ce serait chouette de pouvoir créer des liens courts personnalisés à la volée...
Avec ces liens personnalisés, j'ai créé des QR codes à la volée avec https://qrexplore.com/generate/
C'est pour cela qu'il faut personnaliser les liens courts : le nom apparaît dans le titre du fichier png avec le qr-code ! Comme je n'y ai pas pensé tout de suite... j'ai perdu une blinde de temps !
J'ai ajouté le QRcode dans le tableau.
J'imprime, je colle. Chaque élève dispose donc sur sa copie d'un lien court et d'un QRcode.

Voilà !