mardi 22 mars 2011

Pourquoi j'ai rendu privé mon compte Twitter

(Enfin, l'un de mes comptes Twitter, hé hé)

Ce que j'aime dans Twitter, c'est sa capacité à me mettre en contact avec des gens que je n'aurais pas imaginé fréquenter dans une sphère presque privée. Journalistes, professionnels de ci ou ça, ministres et puis ... élèves (pas forcément les miens), avec lesquels il me semble possible d'établir des échanges basés sur l'écoute, le respect mutuel et non sur le rapport hiérarchique.
Pour ça, il me semblait qu'il valait mieux un compte public dans lequel je mêlerais, dans un équilibre difficile, les tweets "professionnels" et sérieux d'une part, et l'expression de sentiments ou de ressentis plus personnels d'autre part, qui me semblent favoriser les échanges et susciter les conversations.
Alors j'ai laissé mon compte ouvert, certains élèves se sont abonnés, d'autres sont allés voir mon profil de temps à autre... et j'ai twitté mes enthousiasmes, mais aussi mes difficultés et mes doutes.
Et puis il y a eu ce tweet :

Si vous êtes prof, vous saurez ce que je veux dire : j'ai toutes les consignes de corrections officielles, je me suis coordonnée avec mon collègue, j'ai la méthodologie, bref... un prof c'est comme ça, ça s'adapte à toutes les situations nouvelles. Non, ce qui est dur, c'est de mettre des sales notes parce que c'est comme ça que c'est marqué dans les consignes, qu'on ne sait pas exactement quelle dose d'indulgence on peut introduire dans le barême... D'ailleurs vous aurez remarqué que je ne trouve pas difficile de CORRIGER le bac blanc mais de le noter. 

Hé ben c'est pas ça que mes élèves de Terminale ont compris.

Ce qu'ils ont compris c'est que je ne suis pas compétente pour corriger leur bac blanc, du coup ça les inquiète et du coup... ils sont pas très contents. Bon, au moins s'ils lisent ce billet ça leur ré-expliquera.

N'empêche que c'est cette situation qui m'amène à rendre privé mon profil Twitter. Parce que je comprends bien leur besoin d'être rassurés quitte à nier la réalité (ben oui, il y a des profs qui n'ont jamais corrigé le bac et qui leur mettent des notes, et même au bac ! et oui aussi, un prof ça se goure des fois souvent vu qu'on passe notre journée à parler) mais que je ne veux pas renoncer à exprimer mes doutes sur Twitter.
J'ai donc rendu privé mon compte Twitter, sans exclure les élèves déjà abonnés, mais en les avertissant qu'ils s'exposent à lire mes incertitudes, mes âneries parfois (si on peut plus déconner alors !) et que je n'aimerais pas qu'ils diffusent à l'extérieur ce qu'ils lisent sur ce canal.

Je ne sais pas si c'est un renoncement. J'avoue être fatiguée de justifier sans arrêt mes choix pédagogiques, lasse de me demander si insulter dire du mal du Front National sur un fil suivi par mes élèves peut m'attirer des ennuis et exaspérée de devoir corriger des copies (1)(2). Alors je fais une pause dans l'ouverture, le temps que mes Terminales chéris (si si en vrai ils sont sympas et intelligents) soient tous assez mûrs pour supporter l'incertitude.

(1) Ah bon, "fermer" mon compte Twitter ça va pas aider pour les copies ??? M... alors !
(2) 20/20 coeff 5 à qui m'invente un système informatisé qui note les copies à ma place sans entraîner la révolution dans les classes.

PS : c'est marrant mes élèves n'ont rien dit sur ce tweet-là
Pourtant j'aurais aimé avoir leur avis sur le sujet que je dois évoquer là-bas, dans le thème général "École et société : tensions et mutations" 
j'ai choisi d'évoquer : 
"Le web 2.0 un chantier pour l’école"
Dites, mes élèves qui lisent mes tweets et mon blog, ça vous dit d'en discuter ? 

PS2 : j'ai toujours un compte Twitter public à destination de mes élèves qui est @cjouneausion (on se refait pas quand même)

6 commentaires:

Anonyme a dit…

eh bien salut ..j ai lu .. et je peux dire qu on vous fait confaince vous etes une meilleure sur le plan professinnel .

Caroline Jouneau-Sion a dit…

Eh bien tu sais quoi ? Je peux te dire que ça me fait super plaisir de lire ton commentaire ! :-)

La classe-relais de la Sarthe a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jean-Michel Crosnier a dit…

Je pense que tu as agi sagement ; j'ai des comptes séparés pour mes étudiants et mes élèves de collège, ce qui m'évite de me justifier sur mes choix personnels...

Amicalement,
Jean-Michel

Anonyme a dit…

Bonsoir Caroline, nos élèves sont parfois surpris de savoir que nous sommes parents.. alors quand on a des "doutes" ... ils sont perdus.. personnellement je trouve que c'est saint d'exprimer ses doutes ... c'est ce qui permet de prendre du recul ...
Driss SABRI

Anonyme a dit…

on ""cause trop et voilà ;ENSEIGNER c'est aussi maitriser cela. pas facile tous les jours apparamment donc agir plutot que réagir